Capture d’écran 2020-06-03 à 17.17.22.

Niokolo et le pays Bassari

Sous le ciel émeraude des tropiques

 

Au sortir de l’asphalte après plus d’une heure de route, après Tambacounda (capitale administrative et ville satellite de cette région, une des plus merveilleuses d’Afrique), le décor de savane, fait d’arbres géants espacés sur les sols sablonneux, cède progressivement la place à une végétation plus dense. Le village de Dialocoto, point ultime jusqu’à récemment, la route bitumée venant de Dakar, annonce avec son paysage touffu, la proximité du parc national de Niokolo-Koba, crée en 1954 et qui avec sa superficie actuelle de 913.000 ha, abrite l’essentiel de ce qui demeure la flore et la faune soudanaise. Soit près de 80 mammifères différents et près de 400 espèces d’oiseaux, des reptiles en tout genre, des tortues et un fort important stock de poissons d’eau douce…Longtemps associé dans l’imagerie populaire à l’odyssée pédestre à travers cette réserve de la biodiversité de la planète , Dialocoto est ainsi resté dans la légende comme le plus connu des derniers villages habités avant l’éprouvante randonnée vers l’orient sénégalais.

Cet « ailleurs », véritable « Far-East », s’il en qui pendant longtemps, a symbolisé le point à la lisière du Sénégal oriental de ce lointain Kédougou qui en langue malinké, traduit « le pays des hommes ». Dialocoto, nonobstant le début des travaux d’aménagement de la route qui traverse la parc, est resté fidèle à cette légende, en ce qu’il consacre l’étape initiale d’une palpitante progression vers la découverte de merveilles dont le sens n’est jamais dévoilé d’emblée…A l’instar des rites bassari du « Nitch », à l’autre bout des montagnes de l’Est, la découverte du milieu, au-delà de Dialocoto, procède de la même gradation vers la vérité enfouie des choses et en épouse même les contours initiatiques. Le touriste transporté dans cet univers magique de sons et de couleurs, pourra découvrir le fascinant apparat des beaux athlètes des deux sexes. Des attirails des grands jours d’étuis péniens, de feuilles teintes de rôniers et de ceintures ornées de perles, de dents de fauves et de scintillantes plumes d’oiseaux comme coiffure. Les sonnailles aux pieds, la gente en fête, dansera des jours et des nuits entiers au son des flûtes sculptées et aux rythmes harmoniques de la chorale mixte.

azurmedias@gmail.com

Tel: +221 842 03 42

Tel: +221 77 358 67 87

DAKAR - SENEGAL

Inscrivez vous
  • Grey Twitter Icon
  • Grey TripAdvisor Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

Copyright

site web protégé par la SODAV (Société sénégalaise du Droit d’Auteur et des Droits voisins)