Sen'Art

Senghor s’en dort,

mais Sédar veille sur l’art

ENG

Enjeux culturels pour un Sénégal émergent

Depuis son premier Président, l’académicien et homme de lettres, Léopold Sédar Senghor qui a organisé le magistral festival mondial des Arts nègres en 1966, le Sénégal occupe une place à part dans la gouvernance culturelle mondiale. Cette réputation est la conséquence d’un choix politique assumé. Senghor avait dit à la face au monde que : « la culture est au début et à la fin du développement ».

Cette assertion, que beaucoup de contemporains avaient raillée comme étant le délire d’un poète, s’avère aujourd’hui d’une lancinante actualité. Le Sénégal a toujours donné une place prépondérante à la culture en précisant dans le préambule de sa constitution son attachement « à ses valeurs culturelles fondamentales qui constituent le ciment de l’unité nationale ».

Conséquemment, aucune politique cohérente ne peut être envisagée sans une prise en compte sérieuse de la dimension culturelle du développement de la nation. On dit développement pour bien faire la différence avec la croissance, qui une valeur quantitative que nous pouvons facilement chiffrer et le développement qui a une signification qualitative, celle-là même qui fait qu’on est heureux et fier de vivre et de travailler pour le bien être de sa communauté.

Nous avons ainsi pu sublimer la diversité de nos expressions culturelles en une totalité qui transcende nos différences muées en autant d’opportunités.

Le Sénégal aujourd’hui, c’est l’effectivité du vivre ensemble entre différentes ethnies que sont : le  Joola, le Serrer, le Haal Pulaar, le Wolof, le Mankagne, le Balant, le Soccé, le Bassari, le Bedick, le Jallonke, le Koniagui ainsi qu’avec tous ceux que les pérégrinations de l’histoire ont inséré dans la communauté nationale dont le destin, est de toujours absorber les apports vivifiants des cultures du monde.

Le continuum  historique, c’est aussi la force des exemples. Quel est le Sénégalais qui ne se reconnaît pas aujourd’hui encore à travers les œuvres de Thierno Suleyman Baal, Cheikh Omar Tall, Maba Diakhou Ba, Alboury Ndiaye, Lat-dior Ngoné Latir Diop, Sydiya Leon Diop, el hadji Malick Sy, Cheikh Amadou Bamba, Seydina Issa Laye, Baye Niasse, Aline Stoyé Diatta, Ndatté Yalla et bien d’autres encore, qui méritent tous une place au Panthéon national ?

Ce n’est donc pas un hasard, que les élites sénégalaises, aient été de tous les combats pour la Renaissance africaine, le Panafricanisme ou encore la Négritude. Il n’est donc pas étonnant que notre pays ait organisé le premier festival mondial des Arts nègres, en 1966.

A cette occasion, André Malraux, représentant l’ancienne puissance coloniale, dira dans un discours resté célèbre, « Nous voici donc dans l’Histoire…Jamais il n’était arrivé, ni en Europe, ni en Asie, ni en Amérique, qu’un chef d’Etat dise de l’avenir de l’esprit : nous allons ensemble, tenter de le fixer ». Versus, un autre discours de Dakar.

Sans une véritable culture du développement, fondée sur la mystique du travail, du respect de la chose publique et de la créativité, nous n’accèderons jamais au développement dont rêve notre peuple. Il nous faut promouvoir, dès le plus jeune âge, le réflexe du créateur, afin que nos enfants grandissent dans une ambiance d’inventivité qui leur permettra d’être outillés pour assumer leur mission historique ; celle de consolider le Sénégal émergeant que nous allons, sans tarder, bâtir pour eux.

Ce rêve n’est plus une utopie, il est à notre porté tant il est vrai, comme on dit sur les berges du Joliba, « Quand on rêve tout seul ce n’est qu’un rêve, quand on rêve tous ensemble c’est le début de la réalité ». Ensemble osons inventer un nouveau Sénégal.

Capture d’écran 2020-06-06 à 15.38.05.
Capture d’écran 2020-06-06 à 15.40.43.

Les Oeuvres

d'Oousmane Gueye

sculpteur

Capture d’écran 2020-06-06 à 15.40.52.
Capture d’écran 2020-06-06 à 15.40.33.
6EFgk12wrzEpcBouN_IrrDZUWRoK3exVaZSgspjP
Capture d’écran 2020-06-06 à 15.38.35.
-xQ-E5QNadnwMZNtQEhIaalllNSZfC8iorj0fhJ4
Danse-musique-artiste-chanteur-danseuse-
3133830490_1_18_fIIbPQE3.jpg
Culture-senegalaise-1.jpg
balafon-balafons-diatonique-heptatonique
Capture d’écran 2020-06-06 à 20.14.31.

Le Grand Thêatre de Dakar